Page d’accueilli    » SCIENCE    » Science   

Histoire de science en Azerbaïdjan

  


Les hommes habitant pendant les anciennes périodes se sont intéressé aux phénomènes médicaux qui ont réalisé à ses entours et ils ont essayé d’augmenter leurs connaissances sur le monde. Les premières informations étaient concernées avec la vie quotidienne des anciens hommes. Les hommes de Neandertal qui on habité avant 200 milles ans avaient l’information sur les plantes de médicament. Les changements de place des astres ont attiré beaucoup d’attention des anciens hommes. Dans ce contexte, les objets qui ont trouvé dans les cavernes d’Azıd de l’Azerbaïdjan sont très important.  On y a trouvé les objets qui sont préparés et utilisés par les hommes habitant avant 300-400 milles ans. Il se trouve les têtes des ours de caverne sur laquelle on a dessiné les signes spéciaux. Selon les savants, ces signes peuvent être des signes de compte. Il est possible que les anciens hommes aient suivi les mouvements des astres et essayé de compter les lunes. Les hommes d’Azıh ont commencé à construire les premières maisons simples approximativement avant 300 milles ans. C’est sur que celui-ci nécessite une capacité spéciale et l’information pour les anciens hommes. 

On a fondé les premiers établissements de l’Etat à la fin de 2ème siècle A.J. et au début du 1ère siècle. L’Etat de Manna était le plus fort et plus grand parmi les autres. Il y avait la culture de l’écriture étant la plus importante condition du développement scientifique dans l’Etat de Manna. Les informations appartenant à la médecine, l’astronomie et la géométrie ont été écrit par une écriture cunéiforme sur les plateaux spéciaux en argile. Dans les anciennes ressources d’Assur, on mentionne l’existence de ces écriture et on utilise l’expression comme “le secrétaire d’originaire de Manna va écrire que .....
Les rois de Manna nommé İranzu (e.e.737-718/17) et Ahşeri (date de mort – 659 A.J.) ont donné une grande importance au développement de la culture et la science dans le pays. La population de Manna avait ses propres idées scientifiques dans les domaines de la chimie, la mathématique, l’astronomie, le médecin, l’agriculture et de la méthodologie. Pendant ces périodes, on a construit les canaux d’irrigation jusqu’à tous les pays se trouvant autour du lac d’Urmiye. Il s’est trouvé plusieurs zones de culture, les dépôts de vin, des graines et de l’orge. La haute organisation du secteur de l’agriculture ont nécessité des informations profondes sur le domaine de l’agriculture. La population de Manna qui apprend les caractères et les spécialités des animaux domiciles ont donné un grand effort pour le développement des espèces d’animaux domiciles (le cheval, la vache, le buffle, zébu, le mouton et la chèvre). Les cheveux de Manna étaient très importants dans les pays voisins. Plusieurs espèces des plantes comme l’orge, le blé etc. ont formé comme les résultats naturels de la sélection à longue durée réalisée par les anciens hommes qui habitent dans les territoires de l’Azerbaïdjan pendant les siècles et ensuite ils ont diffusé d’ici à l’autres pays. L’un des domaines qui nécessite une information scientifique dans l’Etat de Manna était “kargüzarlık”. Ce domaine a renforcé le développement des informations sur la collecte des imports de la population, le design du budget de l’Etat, le calcul des revenus et de dépenses, et les informations sur la mathématique et les sciences juridiques. L’apprentissage des minéraux a parmi à la population de Manna de développer l’utilisation et la fabrication des matériaux en métal et de faire les travaux métalliques. On peut montrer comme exemples les objets de décoration et de maison de haute qualité préparés en or, argent et bronze au IXème et VIIème siècles à la suite des fouilles archéologiques réalisées dans les régions de Ziviyye et Göytepe de l’Azerbaïdjan du sud ( Ils se trouvent actuellement dans les territoires de la République islamique de l’Iran). Les artistes de l’Azerbaïdjan ayant une connaissance sur les spécialités physiques et chimiques des métaux ont préparé plusieurs compositions en utilisant ces métaux. Ils ont réussi d’obtenir les différents types de cuivre au 1ère siècle (cuivre-plomb, cuivre-manganèse et cuivre-zénith). Les artistes locaux ont examiné les spécialités de fer, de plomb et d’étain et ils ont préparé les différents objets par ces métaux. Les sciences de mathématique et de géométrie ont développé au IXème et VIème siècle en Azerbaïdjan. Les calculs exacts géométriques ont permis aux architectes de Manna de construire les villes, les palais et les châteaux magnifiques. Avant la construction, ils ont préparé les projets de ces bâtiments. Les travaux de la construction (l’excavation de la fondation, la tailles des pierres et des colonnes au même niveau, la décoration de ces colonnes etc.) ont réalisé en basant sur les calculs exacts nécessitant des capacités spéciales dans les domaines de la mathématique et la géométrie.
On a fondé l’Etat de Mes au VIIème siècle en Azerbaïdjan  (Ils se trouvent actuellement dans les territoires de la République islamique de l’Iran). On a donné une grande importance à l’information et la science dans l’Etat de Med (Midiya). Les secrétaires travaillant dans les établissements de l’Etat ont été appelé comme dipiri (en langue Akkad). Pendant les temps suivants, ce mot ont passé de la langue Med à la langue persan comme debir. La population de Midiya a utilisé le plus ancien alphabet du monde nommé arami (ancien Syrie). Les ressources de Rome et de Grèce mentionnent l’existence de la culture de livre et de littérature écrite dans l’Etat de Med (Midiya). Par exemple, L’historien romain Plini a écrit en basant sur le savant grec Hermippe habité au IIIème siècle que la population de Mes avait des livres composés de deux millions alinéas. Malheureusement, Aucune de ces livre n’ont remporté à nos jours sauf Avesta. Med (Midiya) était un pays riche en lits du pétrole. Une partie des lits se trouvait au bord de la mer caspienne. La population de Midiya a appris les spécialités des pétroles et appliqué les nouvelles découvertes et les innovations sur le développement du pétrole. Par exemple, On a découvert les équipements mécaniques pour la première fois dans le monde pour extraire le pétrole de trouvant dans les puits. Les experts ont préparé les différents types de médicament en utilisant le pétrole (les gouttes, les huiles etc.). Les experts des sciences chimiques et de la guerre ont fait les armes destructives en utilisant certains minéraux et le pétrole brut. Les devins de Med étaient la plus intellectuelle partie de la population. Ils savaient par cœur les anciens textes religieux et ils ont développé la science de la religion. Pendant la période d’Atropatena, descendant de l’Etat de Med, l’Azerbaïdjan a devenu le centre de la religion de mazdéisme. Les principes fondamentaux du mazdéisme (bonne idée, bonne parole, bonne activité)  ont souligné l’importance des valeurs intellectuelles et spirituelles. Après que l’Etat de Med (Midiya) a été occupé par la dynastie persane de “Ehemeniler”, la ville a resté comme le centre de la science et la religion de Pré-Asie. Les sciences de la philosophie et religion ont rapidement développé. Les savants grecs ont inspiré de l’éducation de “mag” de Midiya au VIème et Vème siècle. Le philosophe de l’ancien Grèce, Empédocle (490-430 A.J.) a dit que tous les objets se disposent de quatre éléments (l’eau, l’air, le feu, le sol) en basant sur les idées concernant les richesses saintes de ceux qui croient en feu. Après que Alexandre de Macédoine ait démoli l’Etat d’Ehemi (356-323 A.J.) et occupé une grande zone de la Grèce jusqu’à l’Inde, on a commencé la période de l’Hellénisme dans la culture et la science de l’Orient. Cette période qui a formé par l’interaction des sciences de l’Orient et l’ancienne Grèce s’est également montré en Azerbaïdjan. Pendant cette période, on a fondé l’Etat indépendant d’Atropatena en Azerbaïdjan. L’existence des sciences locales ont positivement affecté le développement des sciences. Le premier roi de l’Atropatena nommé Aterpat (en grec. - Atropat, IVème siècle A.J.) était amoureux à la philosophie de mazdéisme et il a essayé de protéger ces idées contre l’effet de la culture grecque. Mais il n’était pas possible de protéger complètement le mazdéisme contre les effets de la culture grecque dans une période où les rois de Macédoine aient une grande puissance. Certaines savants de l’Azerbaïdjan habitants dans la période de l’hellénisme, la population ayant une haute éducation et les marchands ont bien sait la langue grec. Les personnes ayant l’éducation et habitant dans les petites villes et villages ont aussi les idées sur les règles de la science grecque. On a trouvé les documents sur parchemin appartenant à la période de l’Hellénisme pendant les fouilles archéologiques réalisées dans la région d’Avroman de l’Etat Atropatena. Il y avait les informations sur la science juridique et agriculturale de cette période sur les documents ayant un effet grec. Pendant la même période, les savants grecs ont formé deux expérimentas de la mer pour préparer la carte exacte de la mer caspienne et la région caspienne. La première expérience a été réalisée pendant la période de Grand Alexandre (son président était Héraclite) et la deuxième pendant les années 285-280 A.J. (son président était Patroki). Même si les expériences n’ont pas terminé avec succès complète, Ils ont largement permis le développement des informations sur la géographie de l’Azerbaïdjan.
On a terminé l’Etatisme de l’Atropatena au IIIème siècle. L’Etat d’Atropatena a été occupé par l’Empire sassanide. Malgré tout, Atropatena a transformé un des centres scientifiques, religieux et culturels de cet Empire. Pendant cette période, tant la philosophie de mazdéisme que la science grecque ont gagné une grande importance. On a publié les œuvres traduits appartenant à Galen, Hippocrate, Evklid, Ptolémée en Azerbaïdjan. On a ensuite fondé plusieurs œuvres appartenant à la science de “nücum”. Les sciences non-religieuses ont aussi développé en Azerbaïdjan au IVème et VIIème siècles. Les noms des professions scientifiques exécutés pendant cette période ont été énumérés dans le livre nommé Tensarın mektubu: secrétaires, ceux qui écrivent les documents et les lettres, les experts de compte, les médecins, les géographes et les astrologues. Les enfants des nobles ont pris la première éducation à la maison et ils ont envoyé à l’école quant ils ont sept ans. Dans les écoles, il y avait les cours des sciences comme la médecine, le compte, la musique et l’astronomie. Il y avait aussi les différentes sciences étant en train de développer et fondées dans le territoire de l’Albanie du Caucase qui a été fondé au Ière et VIIème  sur le principal territoire de la République actuelle d’Azerbaïdjan. Les tribus turques comme hazar, savir, hun qui ont habité sur les territoires du nord de l’Atropatena et l’Albanie du Caucase (Med (Midiya) et les territoires du nord d’Atropatena– les territoires de la République d’Azerbaïdjan et la République autonome de Daghestan) avaient leurs propres alphabets run. On a fondé les écritures Orhun-Yenisey sur la pierre étant l’héritage culturel des toutes les populations turques en utilisant cet alphabet.
Les autres sciences aussi que la science de l’histoire ont développé en Albanie. Les experts de médecine, l’agriculture et la mathématique ont travaillé dans le pays. Comme dans les autres pays chrétiens, La langue grecque était répandue dans l’Albanie du Caucase. La population habitant dans ces régions connaissait les œuvres des philosophes et des savants grecs et byzantins du Moyen Age. Les chamans des tribus habitant dans l’Albanie avaient plusieurs informations. Certains chamans ont adopté les pensées religieuses et philosophiques des chrétiens et les autres ont resté fidele au théisme turc. Les réussites et les informations des tribus d’Oghuz sur le médecin ont reflété sur l’épopée de Kitab-ı Dede Korkut. Malgré toutes les réussites de l’ancienne période, les sciences ont lentement développé en Azerbaïdjan avant l’arrivé de l’Islam. La raison de cette situation dans l’Albanie du Caucase était la fondation de l’alphabet au 4ème siècle et la non-existence d’une seule langue de l’Etat.
Pendant la période de califat (VIIème et IXème siècles), l’Azerbaïdjan a été occupé par les troupes arabes et le pays a ajouté dans le califat arabe de l’Espagne jusqu’à l’Inde.  Le fait que les différents populations restent dans un seul Etat et qu’ils ont en interaction ont causé le développement rapide des cultures et des sciences. Cette augmentation qui a commencé au IXème siècle ont continu jusqu’à la fin du  XIVème siècle. Le monde islamique était au sommet de la civilisation de l’humanité au IXème et XIVème siècles. Les plus grandes madrasas (universités), observatoires, hôpitaux, pharmacies et bibliothèques se trouvaient dans l’Orient islamique pendant cette période, les plus forts savants ont travaillé dans ces régions. Les califats nommé Herun er-Reşid et el-Memun ont joué un rôle important pour le développement de la science orientale. Le califat  Halife el-Memun a jeté la base de l’Académie célèbre Beytü\'l-hikmet (Maison de Grace ) en 827 à Bagdad. Dans Beytü\'l-hikmet qui a joué un rôle important pour le développement de la science en Azerbaïdjan et dans le monde islamique, on a traduit les livres scientifiques des anciennes langues orientales en arabe et ils ont diffuser dans les différentes régions de califat surtout dans l’Azerbaïdjan. Et ainsi, On peut séparer la période de la Renaissance dans l’Azerbaïdjan au IHème et HIVème siècle en deux parties: La première partie a commencé par l’activité des califats abbassides et elle contient les IXème et XIIème siècles. Pendant cette période, les sciences sociales ont largement développé. La deuxième partie contient la période de la domination Ilkhanides en Azerbaïdjan (XIIIème et XIVème siècles) et elle a été considéré comme le développement fort des sciences nettes (la médecine, la mathématique, l’astronomie, la géométrie etc.). Après IXème siècle, l’affaiblissement du califat arabe a résulté de la restauration de l’Etatisme nationale en Azerbaïdjan. Pendant cette période, la formation des Etats indépendants comme Saciler, Selariler, Revvediler, Şeddadiler, Atabeyler et Şirvenşahlar en Azerbaïdjan ont contribué au développement de la science et la culture.   Les Etats comme Şirvenşahlar et Atabeyler ont protégé la science et la connaissance. Ils ont rassemblé les grandes informations dans leurs propres palais et écrit les grandes œuvres. Les branches de la science les plus développées de cette période sont la philosophie, le droit, la littérature, la langue, la mathématique, l’astronomie, la médecine et la chimie. Toutes les branches de la science surtout les sciences nettes au XIIIème et XIVème ont rapidement développées. Même si on a commencé une chute à la science au XIVème siècle, il est faux de lier cette chute avec les massacres et conflits des Mongols. Les guerres sanglantes et les catastrophes ont généralement eu lieu dans tous les processus de l’histoire. Mais ils ont cause la chute de la science dans les cas très rares. Pendant la période Ilkhanides, la science a augmente aux très hauts niveaux. Les savants magnifiques ont habité et créé dans les villes comme Tabriz, Marağa, Urmiye, Hoy, Erdebil, Şamahı, Beylekan, Gence etc. On a fondé en 1258 l’Observatoire célèbre de Marağa autour de la ville de Marağa. La décision sur la construction de l’Observatoire a été donnée par le roi mongol nommé  Kazan Han Nasirüddin Tusi.
Pendant la période de la domination mongole, On a réalisé les nouvelles relations et les effets dans la science de l’Azerbaïdjan. Les Mongols ont exécuté les arts, la culture et la science chinois en Azerbaïdjan. La Mongolie étant une voisine de la Chine a toujours resté sous l’effet de la culture chinois.
La science de l’Azerbaïdjan a aussi affecté le développement de la science chinois. Par exemple, Fao Mun Çi et les autres savants chinois ont appris la science de l’astronomie dans l’Observatoire de Marağa et ils ont augmenté leurs capacités professionnelles. Après que Fao Mun Çi et Cemaleddin Buhari ont travaillé dans l’Observatoire de Marağa pendant une courte période de temps, ils sont allés à Pékin en prenant le projet de l’Observatoire. Seulement après ça, il était possible de construire une Observatoire à Pékin.
Pendant cette période, il y avait plusieurs personnes importantes qui ont éduqué dans les différentes branches de la science. Le mathématicien Übeyd Tebrizi a écrit l’œuvre de Risalet ül-hesap (Hesap üzere kitap) et NecMeddin Ahmed Nahçıveni a écrit les explications et les annotations pour l’œuvre d’İbn Sina sur la médecine et la philosophie.
Le développement rapide de la médecine en Azerbaïdjan a tombé au XIIIème et XIVème siècle. Ebu Abdulla Muhammed bin Nemver Tebrizi a écrit son œuvre nommé Edver ül-hemmiyyat (Les plus importants médicaments ) dans cette période. Cameyi-Bağdadi (Bağdat toplusu) qui a été écrit en 1311 par  Yusuf İbn İsmail Hoylu connu par le nom d’İbn Kebir dans l’Azerbaïdjan et l’Orient islamique était considéré comme la plus magnifique œuvre  sur le médicament dans tous l’Orient. Il y avait 67 hôpitaux seulement dans le sud de l’Azerbaïdjan au XIIIème et XIVème siècles et les experts professionnels ont travaillé sur la médecine et la pharmacie. Au début du XIVème siècle, on a fondé le centre scientifique nommé  Dar üş-Şofa (Maison de santé) à Tabriz. Le centre était chargé de donner l’éducation et il y avait aussi l’hôpital et le centre de médecine. Les savants et professeurs azerbaidjanais  aussi que les experts invités des pays comme la Chine, l’Inde, la Syrie et l’Egypte ont travaillé dans ce centre. Les sciences en présences en Azerbaïdjan a été séparé en deux catégories par les penseurs du Moyen Age: Ceux qui appartiennent à la première catégorie a été appelé comme les sciences religieuses: fıkıh, kelam (science religieuses travaillant sur les religions), la linguistique (la grammaire arabe), la littérature (les règles de “nazım” et “nesir”), l’histoire (l’histoire de l’Islam). Ceux qui appartiennent à l’autre catégorie, c’est-à-dire les sciences mondiales laïques ont été appelé comme la philosophie et ils sont séparés en deux grandes parties comme la philosophie théorique et la philosophie expérimentale. Les sciences naturelles (la médecine, la météorologie, la minéralogie, la chimie, la mathématique, la philosophie grecque et la théologie) appartiennent à la philosophie theorique. Les sciences ethniques, la politique et la science “önlem ül-menzil” appartiennent à la philosophie expérimentales.  Ce système de classification a eu lieu dans plusieurs œuvres des penseurs orientaux. Dans l’Etat de Karakoyunlu dont la capitale est Tabriz et l’Etat d’Akkoyunlu, la culture et la science ont rapidement développé. Pendant cette période, il y avait certains hommes de science qui habitent à Tabriz. Bedreddin Emir Seyyid Ahmet Lalevi était l’auteur de certaines œuvres scientifiques et un expert pour des sciences comme la logique, la grammaire, la littérature et la mathématique.
Après que L’Etat Şirvenşahlar ait renforcé, la science a aussi développé dans cet Etat.  Le renforcement de l’administration centrale et l’augmentation de la vie économique ont causé l’augmentation dans le domaine de la science. Les villes du pays comme Şamahı, Bakou et Derbent étaient connues comme les centres de la culture et la science.
Pendant ces périodes, l’Azerbaïdjan a développé sur la géographie. Les savants azerbaidjanais du Moyen Age avaient des grandes informations géographiques sur plusieurs pays du monde. Abdürreşid bin Salih Bakuvi a donné les informations sur les villes du monde aussi que les villes d’Azerbaïdjan, les conditions géographiques et les monuments historiques de l’Azerbaïdjan dans son œuvre nommé Sommaire des monuments et les miracles des rois .
La science d’Azerbaïdjan au XVIème siècle. La fondation de l’Etat safavide en Azerbaïdjan a positivement affecté la science et la culture. Les safavides ont donné une grande importance au développement de la langue nationale. I Şah İsmail et ses enfants ont parlé et écrit en langue turc d’Azerbaïdjan et gardé la réalisation des travaux “kargüzarlıg” en langue nationale. Il y avait les écoles et les madrasas dans chaque coté de l’Azerbaïdjan au XVIème siècle. Les élèves y ont particulièrement appris la science religieuse, la mathématique et la logique. La ville de Tabriz étant la première capitale des Safavides a transformé en un centre scientifique et culturel. On y’a formé une bibliothèque riche avec les livres miniatures et les manuscrits. Il y avait aussi une grande bibliothèque dans la ville d’Erdebil dont la patrie des Safavides. Pendant cette période, on a écrit certaines œuvres sur l’astronomie, l’histoire et la philosophie. Les rois safavides ont donné une grande importance aux sciences comme l’astronomie etc. 
Le fait que l’Azerbaïdjan et l’Iran aient trouvé dans les frontières de l’Empire safavide au XVIème siècle a joué un rôle important pour réaliser les relations entre les deux pays. Plusieurs écrivains, poètes, historiens et les savants azerbaidjanais ont habité dans les différentes régions de l’Azerbaïdjan et ont contribué à la culture persane. Les représentants de la science de l’Iran avaient une relation forte avec les savants azerbaidjanais et ont donné une grande place pour l’Azerbaïdjan dans leurs propres créativités. Pour cette raison, certains savants de l’Azerbaïdjan sont considérés comme les savants de l’Iran et certains savants de l’Iran et des autres pays sont considérés comme les savants de l’Azerbaïdjan.
La science de médecin a développé en Azerbaïdjan et on a fondé plusieurs hôpitaux et pharmacies. Le savant français qui est venu en Azerbaïdjan dans les années 60 du XVIIème siècle a écrit comme suivant: Il se trouve trois hôpitaux de ville à Tabriz et ils ont suffisamment propres et organisés. Les malades a été soigneusement  traité dans les hôpitaux. Après que la Russie ait occupé les khanats (l’Etat de la dynastie de Kacarlar) du nord de l’Azerbaïdjan dans les années 1801-28, L’effet de la science occidentales arrivant sur la Russie a commencé au augmenté. On a ouvert les écoles qui donnent l’éducation sur le système éducatif occidentale. Les turc azerbaidjanais aient a le droit d’aller à la Russie et l’Europe pour prendre l’éducation. Les savants azerbaidjanais non seulement ont développé les traditions de la science orientale de plusieurs siècles mais aussi ont bénéficié de la réussite et des méthodes de la science de l’Europe. 
On a créé les nouvelles œuvres sur l’histoire en Azerbaïdjan au XIXème siècle. Au contraire des œuvres prétendantes, la majorité des recherches historiques ont été écrit avec l’alphabet arabe en langue turc d’Azerbaïdjan. Dans ces recherches, on a donné une place spéciale à l’histoire de Karabakh étant l’ancien territoire de l’Azerbaïdjan. Dans l’œuvre nommé  Garabağname qui a écrit en 1845 par Mirze Adıgüzel Bey, on a mentionné les événements réalisé en Karabakh. Une partie de cette œuvre a été publié en 1885 au journal \'Kaspi en traduisant en langue russe.
 Kitabi-tarihi Karabağ a été écrit par Mir Mehdi Hezani, Tarihi-Karabağ par Rzakulu Bey Mirza Cavanşir oğlu, Garabağname par Heseneli Han Garabaği. Les événements mentionnés dans cet œuvre confirment que le Karabakh appartient historiquement à l’Azerbaïdjan et ils sont aussi très important pour apprendre l’histoire du Karabakh. A la suite des relations scientifiques et culturelles entre la Russie et l’Azerbaïdjan, certaines savants azerbaidjanais ont commencé à donner les cours dans les écoles russes et ils ont devenu célèbres grâce à ses propres réussites et ses connaissances. Les savants de l’Azerbaïdjan ont joué un rôle très important à la science d’orientalisme de la Russie à la fin du XVIIIème siècle et au début du XIXème siècle. Pendant cette période, on peut montrer comme exemple les noms de certains turc qui travaillent en Russie en étant le professeur et le traducteur comme Nesirov, Ebu Turab Vezirov, Mirza Muhammed Şafi, Osmanov, Sadık bey Caferov, Mirze Abdullah Vezirov, Mirza Hasan Tahirov, Muhammed Aliyev, Mirza Abdullah Kaffarov, Mirza Cafer Rizayev etc.
Certains azerbaidjanais ont donné les courses dans les universités de Petersburg et Kazan sur la langue persane et arabe, la philosophie orientale, la littérature et la mode de vie orientale.
Le rôle des savants azerbaidjanais dans l’orientalisme russe au milieu du XIXème siècle a commencé à augmenter sans arrêt. Les savants azerbaidjanais qui ont éduqué en Russie et en Europe ont fait connaitre aux savant russes la culture, la littérature, l’histoire, la philosophie de l’Orient aussi que la langue azerbaidjanais, arabe et persan. L’un des savants orientalistes qui est connu pendant la période était Mirza Kazım Bey. Il a écrit sa première œuvre scientifique Arapça özet grameri quand il a 17 ans. A partir de l’année 1826,  Kazım bey a donné les courses sur les langues persanes et turc-tatar dans l’université de Kazan. Ensuite il a remporté le titre de professeur et devenu le décan de l’université. Kazım bey a analysé le grammaire scientifique de la langue azerbaidjanais. Le livre nommé Azerbaycan türk dilinin grameri  et organisé par lui a été publié pour deux fois en Russie (dans les années 1839 et 1846).
Il y avait certains changements sur le science de la philosophie de l’Azerbaïdjan. Les philosophes azerbaidjanais ayant l’éducation occidentale ont analysé les œuvres d’Aristoteles et d’el-Gazali. Ils ont rencontré avec les idées des philosophes de l’Europe comme Jung, Kant etc. M.F.Ahundzade qui a adopté et appliqué les idées philosophiques de l’ouest a reflété ses propres idées philosophiques dans son œuvre nommé Kemalüddövle mektupları.
Pendant ces périodes, il y avait les savants qui ont continué de créer les écritures en style scientifique appartenant au Moyen Age. Ils n’on pas accepté les innovations et ils ont resté fidele aux règles de la science orientale. Malgré tout, ils ont pu refléter certains œuvres innovatrices. Le géographe célèbre nommé Hacı Zeynalabdin Şirvani a fait 60000 km de la route pendant les 36 ans où il a visité les pays comme l’Iran, la Turquie, la Saoudite, l’Inde, la Syrie, l’Egypte, l’Algérie etc. Dans ses œuvres qu’il a écrits sur ces voyages il a mentionné l’économie, la mode de vie, la culture et les traditions de plusieurs pays. 
La plus grande réussite dont la science de l’Azerbaïdjan a obtenu au XIXème siècle était le développement des sciences techniques et naturelles. La chimie et la chimie pétrolière sur le développement de l’industrie pétrolier ont commencé à développer à partir de la deuxième partie du XIXème siècle. On a fondé le département de Bakou appartenant à l’Association technique de l’Empire russe. Les recherches fondamentales sur la chimie pétrolière ont été réalisées dans les laboratoires liés à ce département. Le savant russe  D.İ.Mendeleyev a rendu la visite à Bakou dans les années 1878 et 1880 et examiné les problèmes sur l’exploitation du pétrole. On a créé pour l’excavation de l’huile de gaz par la méthode de Kreking pour la première fois à Bakou dans le monde en 1885. Ce projet a été fondé en 1891 par  Şuhov et Gavrilov.
Pendant cette période, il y avait les chimistes expérimentés en Azerbaïdjan. Après qu’ils aient étudié dans les universites de la Russie et de l’Occident, ils ont commencé à travailler sur les recherches scientifiques. Le chimiste et le docteur de la chimie Mövsüm bey Hanlarov (1857-1921) qui a étudié dans l’université de Strasbourg en Allemagne dans les années 1880 et 90  a commencé les recherches sur la chimie organique à Bakou. Son premier article nommé Effet de l’ethylrodan à l’acide de Tiosirke a été publié en 1882 en Allemagne.
Il n’y avait pas un grand nombre des savants professionnels en biologie en Azerbaïdjan, mais quelques enseignants et médecines ont travaillé sur ce sujet et ils ont fait connaitre les sciences biologiques à la population. Leurs objectifs est de faire connaitre les réussites de la science européenne dans le domaine de la biologique à la population azerbaidjanais. Le développement des sciences de la biologie et l’agriculture en Azerbaïdjan est concerné avec Hasan Bey Zerdabi et Necef bey Vezirov.
La végétation riche de l’Azerbaïdjan a attiré l’attention des biologistes et encouragé les savants d’examiner la végétation du pays. Il se trouve presque 4 milles espèces suprême dans le territoire de l’Azerbaïdjan. Pendant cette période, Il n’y avait pas un grand nombre des œuvres qui définissent la végétation de l’Azerbaïdjan. Les premières recherches sur l’apprentissage de la végétation du Caucase ont été réalisées par Necef bey Vezirov.
Pendant l’Empire russe, le niveau de la santé en Azerbaïdjan était très diminué. Il n’y avait pas assez d’hôpitaux. Les établissements médicaux n’ont pas généralement existé. Le gouvernement russe n’a pas donné le soutien pour l’ouverture de l’école médicale en Bakou et dans les autres villes de l’Azerbaïdjan. Les enfants des familles riches sont partis pour prendre l’éducation dans les écoles de Moscou, Saint-Pétersbourg et dans les autres pays de l’Europe. Après leurs éducations, ils sont retournés en Azerbaïdjan et rendu le service à sa propre population. La seule association médicale se trouvant à Bakou était l’Association des médecins de Bakou. Les médecins comme M. M. Vekilov, O. Ahundov, E.M.Mehmandarov etc. ont fait les recherches scientifiques dans le domaine de la médecine. 
La science de l’histoire était en train de développer en Azerbaïdjan au début du XIXème siècle. Même si l’une partie des œuvres écrites avait les marques de la science de l’histoire du Moyen Age, la majorité avait les marques de la modernisation. 
 Reşid Bey İsmailov a publié en 1905 son livre nommé Muhtasar Kafkasya Tarihi mentionnant l’histoire de l’Azerbaïdjan et des pays voisins. La science de la littérature était aussi en train de développer en Azerbaïdjan. Les grands savants comme Firidun Köçerli, Seyid Hüseynov etc. dans ces domaines. Le fait que le gouvernement russe n’a pas permis la fondation des établissements de recherches et des associations scientifiques a empêché le développement de la science en Azerbaïdjan. 
Pendant la période de la République populaire d’Azerbaïdjan, on a fondé la première école d’enseignement supérieur- l’Université de Bakou qui donne l’éducation aux cadres nationaux dans le pays. La science de l’Azerbaïdjan a largement développé pendant les périodes de la République populaire d’Azerbaïdjan (1918-20) et la République socialiste soviétique d’Azerbaïdjan  (1920-91).
L’Académie des Sciences d’Azerbaïdjan fondé au XXème siècle (surtout dans la deuxième partie) (1945) a joué un rôle important pour l’activité efficace du potentiel intellectuel de la population d’Azerbaïdjan ayant les plus anciennes et riches traditions, la détermination des aspects de la science stratégique résultant des standards de cette période, le développement des branches de science fondamentale et appliquée.
Il est possible de grouper les réussites de la science d’Azerbaïdjan pendant la période soviétique:
- La découverte des ressources de pétrole et de gaz, l’exploitation, la formation des fouilles dans la mer, l’excavation de pétrole et de gaz sur les fouilles profondes, la solution des problèmes scientifiques sous la mer et dans les autres domaines;
- La solution des problèmes scientifiques sur les fouilles profondes dans les environnements compliqués géologiques appartenant à l’Industrie pétrolier de Maşıngayırma;
- La solution des problèmes scientifiques sur la formation des complexes de la technologie chimique et les matériaux de l’industrie de la pétrochimie;
- Les recherches géographiques, géologiques et géophysiques et les recherches sur les lits de fouillé utiles;
- La formation des écoles supérieures scientifiques et la réalisation des recherches importantes dans les domaines de la mécanique, la physique, la mathématique, l’astronomie et l’information;
- La solution des problèmes scientifiques sur le sol, l’agriculture, le nettoyage du sol des eaux salées;
- La solution des problèmes scientifiques sur l’utilisation favorable et la protection de la faune, la flore et les ressources du sol aussi que le contenu;
- La fondation de plusieurs espèces d’animaux et des plantes a la suite des recherches dans le domaine de la biologie physique- chimique et moléculaire, la génie génétique, la botanique et la sélection;

- La fondation des bases des écoles dans le domaine de Protozoologie, la géobotanique, la physiologie;
- La réalisation de plusieurs recherches sur la science de médecin et la détermination des ressources naturelles et minérales comme le médicament, le développement des nouvelles méthodes sur le traitement, la prophylactique et le diagnostic;
- La recherche de l’archéologie, de l’ethnographie, de la politique, de l’histoire socioéconomique de notre population;
- La recherche de l’héritage riche des œuvres imprimées en langues arabe, turcs et persan par les philosophes et penseurs azerbaidjanais dans le domaine des manuscrits;
- La recherche de la pensée philosophique et sociopolitique de la population de l’Azerbaïdjan et des processus du développement;
- La recherche de l’histoire de pensées sociales et littéraires, des affaires fondamentales de la littérature, de l’histoire de la littérature;
- L’Unification, la classification, la publication et la recherche du folklore riche de l’Azerbaïdjan;

- la recherche de l’histoire, de la littérature, de la philologie, de la pensée sociale et de la vie religieuses des populations orientales, la recherche des processus politiques, ethniques et culturels réalisés dans les pays orientaux;
- L’apprentissage des écoles nationales historiques d’architecture, la fondation des écoles modernes d’architectures, la recherche des monuments historiques dans le domaine de la restauration et le développement de la science de l’artisanat;
- L’apprentissage de la culture nationale traditionnelles de la musique, la fondation de l’école de musique moderne Professional;
- La recherche de la langue turques, l’histoire littéraire de langue, des dialectes, des accents, la traduction, la terminologie, la préparation des équipements scientifiques etc.
Après que l’Azerbaïdjan air regagné son indépendance, on a fondé un environnement favorable pour la réalisation des reformes sur la science. Par le décret du 4 janvier 2003 du Président de la République d’Azerbaïdjan, İlham Aliyev On a donné à l’Académie nationale des Sciences d’Azerbaïdjan le statut comme une haute association scientifique chargé d’organiser et d’assurer le développement de la science, de réaliser la politique de l’Etat sur la science, la technique, de coordonner  et d’orienter toutes les activités de recherche scientifique des écoles supérieurs et les établissements scientifiques en Azerbaïdjan, de représenter la République d’Azerbaïdjan dans les activités scientifiques et techniques réalisées en étrangers   et ainsi la domaine d’activité de l’Académie a été augmenté par cette décision.
Par le décret du 4 mais 2009 du Président de la République d’Azerbaïdjan - İlham Aliyev, on a confirmé le programme d’Etat sur l’application de la stratégie nationale pour le développement de la science dans la République d’Azerbaïdjan entre les années 2009-2015.




Oxunub: 44254



Azərbaycan Televiziyaları
İnternet Radio