Page d’accueilli    » LES DERNIERS 10 ANS    » Soutien de la société civile et des médias de masse   

Soutien de la société civile et des médias de masse

  


Au cours de dix dernières années, l’Azerbaïdjan s’est développé dans le domaine économique et non seulement entré dans la liste des pays développés du monde mais aussi a reçu beacoup de succès dans la direction de la création de la société civile. En tenant compte du fait qu’une forte société civile est l’un des facteurs d’un état fort, l’Azerbaïdjan a accordé une attention particulière au développement de ce secteur, formé des mécanismes concrets pour le soutien des organisations de société civile, des médias de masse par l’état, adopté le Programme National d’Activité afin de renforcer la protection des droits de l’homme et a réalisé des réformes législatives afin de financer les parties politiques du budget d’état.

Soutien de l’état aux ONG
align=

L’une des étapes la plus importante visant le développement et le soutien de la société civile de l’Azerbaïdjan est la diminution de l’indépendance des Organisations Non Gouvernementales des donateurs étrangers qui est l’élèment essentiel de la société civile et la formation du mécanisme pour que l’état devienne le donateur principal de ces organisations. Ainsi, jusqu’à ces dernières années, les ONG fonctionnant à Bakou obtenaient le soutien financier des donateurs étrangers, des organisations internationales et des fonds afin de réaliser leurs initiatives. Le partenariat entre l’état et les ONG n’était pas autant amélioré. L’indépendance des ONG des donateurs étrangers a produit certaines préoccupations du point de vue de sécurité nationale.
Enfin, à la suite de vastes consultations publiques et l’apprentissage de l’expérience internationale dans ce domaine, le problème de la création des mécanismes pour le partenariat entre l’état et les ONG en Azerbaïdjan a trouvé sa solution comme dans plusieurs pays développés du monde. L’augmentation de la puissance économique de l’Azerbaïdjan a créé l’opportunité de financer par l’état des projets proposés par les ONG et des initiatives utiles sur divers aspects de la vie sociale et publique. Le 27 juillet 2007, la « Conception du Soutien d’Etat aux Organisations Non Gouvernementales » a été approuvé par le décret du président azerbaïdjanais. Cette conception a défini les principes de base pour le commencement d’une nouvelle étape du développement du secteur des ONG dans le pays. A la suite des discussions principales du secteur public liées à la conception, le Conseil du Soutien d’Etat aux Organisations Non Gouvernementales a été créé auprès du président de la République d’Azerbaïdjan par le décret du 13 décembre 2007 du président et le statut du Conseil a été approuvé. Plus tard, les membres du Conseil ont été défini à travers des éléctions transparentes réalisées entre des représentants des ONG et le mécanisme formé pour le soutien de l’état aux ONG a fonctionné en avril 2008. 

Les fonds alloués par le budget d’état pour soutenir les ONG
La formation d’un nouveau modèle de relations à la société pour le soutien de l’état aux ONG, la modernisation des institutions de la société civile, l’augmentation de l’initiative citoyenne, la promotion des activités des ONG dans la protection des intérêts nationaux, leur attirance à la solution des problèmes d’importance sociale sont le financement des programmes et projets ayant une importance pour le développement de l’état et société. L\'augmentation du montant des fonds alloués par le budget de l\'Etat chaque année au Conseil sert à la stratégie de l’état du développement de la société civile sur le long terme. Ainsi en 2009, le fonds alloué par l’état au Conseil du Soutien de l’Etat aux Organisations Non Gouvernementales a été 2 millions manats, en 2011 ce montant était d’environ 2.8 millions manats et en 2012 le fond alloué au Conseil s’est augmenté d’un million et a dépassé 3.8 millions manats. L’augmentation de montant chaque année a le but d’assurer la participation plus efficace des organisations nationales non gouvernementales dans la direction du développement du processus de formation de la société civile dans le pays ainsi que le renforcement du soutien de l’état aux organisations non gouvernementales.

Soutien de l’état aux médias de masse
align=

L’état d’Azerbaïdjan a réalisé des mécanismes spéciaux pour pouvoir développer ce secteur en tenant compte du rôle important des médias de masse dans le développement de la société civile. Le président Ilham Aliyev a déclaré à plusieurs reprises dans ses discours que le soutien de l’activité des médias développés, professionels et indépendants est l’un des principes essentiels de la politique de l’Azerbaïdjan. En 2008, le Fonds d’Aide aux Moyens d’Information de Masse (FAMIM) a été créé auprès du président afin de réaliser les mesures définies par l’état pour assurer la liberté d’expression dans la société, les droits des personnes d’obtenir des informations objectives ainsi que l’indépendance des moyens d’information de masse. Le but de la création du Fonds qui est actif depuis 2009 est la solution des questions importantes comme développer la liberté de pensée, parole et information dans le pays tout en tenant compte du rôle important des médias de masse dans le processus de la création de la société civile, soutenir l’indépendance des moyens d’information de masse, améliorer les mécanismes d’aide aux rédactions, stimuler l’application de nouvelles technologies d’information et communication dans le secteur d’information, renforcer la coopération efficace entre la société et les moyens d’information de masse, créer la condition afin d’augmenter la responsabilité et le professionnalisme des journalistes, renforcer la protection sociale et utiliser efficacement du potentiel des moyens d’information de masse dans la solution des problèmes constituant une priorité pour l’état et la société. 

Le principe important de la politique du soutien du gouvernement
align=

Cependant, l’un des principes essentiels de la politique du soutien du gouvernement dans ce secteur est la protection de l’indépendance des médias de masse et l’exception de n’importe quelle intervention dans leurs activités. Ce principe se reflète officiellement dans la conception approuvée par le décret du président du pays sur l’activité de FAMIM. Depuis sa création jusqu’en 2012, 10 millions manats ont été alloués à FAMIM du budget d’état. Des fonds ont été alloué pour la réalisation des projets concrets de façon directe et concurentielle aux agences d’information et les journaux fonctionnant dans le pays. L’allocution de ces fonds a soutenu l’assurance des modernes technologies des rédactions de masse, l’augmentation de la condition de travail des journalistes et le renforcement des professionnalismes. En outre, le gouvernement azerbaïdjanais a pris des mesures pour améliorer les conditions sociales des employés de médias et 5 millions manats ont été alloués à FAMIM par le décret du président pour le projet de construction de l’appartement des journalistes.

Le financement des parties politiques du budget d’état
Les parties politiques sont d’importantes institutions sociales en Azerbaïdjan ainsi que dans chaque société démocratique et pluraliste. Soutenir le développement de ces institutions est l’une des directions de la création d’un état fort. La création du mécanisme du soutien du gouvernement dans ce domaine afin d’obtenir la stimulation des parties politiques en Azerbaïdjan, leur participation dans les éléctions et ainsi que le développement du système démocratique a été dans l’ordre du jour depuis longtemps. L’Azerbaïdjan a appris l’expérience des pays développés de l’Europe sur le financement des parties politiques du budget d’état, coopéré largement dans ce domaine avec l’OSCE et d’autres organisations internationales. Enfin, pour la première fois en Azerbaïdjan des réformes législatives ont été mises en oeuvre sur le financement des parties politiques du budget d’état. A la suite des modifications apportées à la « Loi sur les parties politiques », le financement des parties politiques du budget d’état sera mise en oeuvre dès 2013. Au cours de financement, l’expérience des pays européens sera pris en considération, des sommes leur seront attribués d’après les voix obtenues des parties politiques pendant les éléctions et le nombre des mandats des députés. Selon les modifications apportées à la loi, 10% du montant total est partagé proportionnellement entre les parties politiques dont les candidats proposés aient obtenu minimum 3% des voix lors des éléctions tenues à Milli Mejlis (Assemblée Nationale), qui ne sont pas présentées à Milli Mejlis. 40% du montant du budget est reparti également entre les parties politiques représentés au Parlement. Le 50% du fonds restant sera partagé proportionnellement au nombre des députés qui seront élus au Parlement. Ceci est le principe de partage favorablement acceuilli par le Conseil de l’Europe et l’OSCE.

Plan national d’action dans le domaine des droits de l’homme
Le gouvernement azerbaïdjanais renforce la protection des droits et l’indépendance de l’homme dans le pays dans le cadre de la politique visant le développement de la société civile. A cette fin, le Plan national d’action a été approuvé par le président en décembre 2011 afin d’augmenter l’efficacité de la protection des droits et l’indépendance de l’homme en Azerbaïdjan. Le Plan national d’action est un document à long terme et détaillé visant des réformes dans le domaine de l’amélioration de la base nominative et juridique, du système juridique et de la législation pour la protection plus efficace des droits de l’homme. Le Plan national d’action a un caractère conceptuel et doit être envisagé dans le contexte des missions estimées dans le cadre de la stratégie du développement « Azerbaïdjan 2020 : regard à l’avenir ». Ce document approuve que la protection des droits de l’homme est l’une des priorités de la politique mené par le président azerbaïdjanais. L’adoption du Plan national d’action a été évalué comme une étape importante dans la direction de la protection des droits de l’homme par l’OSCE et l’Union Européenne ayant une large coopération avec l’Azerbaïdjan dans le cadre de la Politique de Voisinage et les initiatives de Parteneriat Oriental.

Ainsi, la politique visant le soutien de la société civile, des médias de masse et des parties politiques servent à la réalisation de la voie stratégique choisie par le président du pays pour que l’Azerbaïdjan devienne un pays moderne et démocratique ayant une politique sociale progressiste, une économie développée et une position renforcée dans la région. 



Oxunub: 117251



Azərbaycan Televiziyaları
İnternet Radio